Retour Etat_pourri

Retour_entete

 

 

Jean LIOT                                                           Bailly, le 4 mars 2003

 

Objet : Ethique médicale

LR.AR

 

 

ORDRE NATIONAL des MEDECINS

Monsieur le Président 

180, boulevard Haussmann

75008 PARIS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monsieur le Président,

 

 

Le 28 septembre 1994, je vous ai signalé une injection de toxiques dont j'avais été victime de la part du Dr GROSBOIS. J'ai obtenu, le 24 octobre suivant,  une réponse vide et à côté du problème. Le 28 février 2002, je vous ai signalé un empoisonnement, exécuté par le Dr RIBADEAU-DUMAS, dont j'ai été victime. Vous ne m'avez pas répondu. L'expérience précédente qui ne vous a pas été favorable vous a servi de leçon. Vous êtes complice d'une dissimulation de crime –un empoisonnement est un crime- alors que, chaque fois, vous avez eu les explications des médecins qui n'ont pu que vous confirmer qu'ils m'ont empoisonné à la demande des Renseignements Généraux. Vous êtes discipliné et parfaitement intégré au système de corruption de l'Etat, construit et géré par ces Renseignements Généraux, mais aussi partie prenante de leur criminalité ; vous couvrez ces médecins criminels. J'ai de nouveau été empoisonné ; mais compte-tenu de votre éthique, il est inutile  que je vous en parle.

 

J'ai lu, dans Le Monde de ce 1er mars, que des conseils départementaux recherchent la responsabilité de médecins qui ont participé à l'émission de M6 "J'ai décidé de maigrir". Vous ne manquez pas d'air dans le corps médical. Je vous invite vivement à leur conseiller la modération en leur rappelant, en particulier aux conseils départementaux de la région parisienne, qu'ils doivent commencer par balayer devant leur porte avant de rechercher la responsabilité desdits médecins. Vous connaissez l'histoire de la paille et de la poutre… Les lettres jointes devraient vous aider à méditer.

 

Je n'ai aucun sentiment noble à vous adresser.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P.J.

Lettres des 3 et 7 juin et 6 décembre 2002 de J. LIOT au Président de la République

Lettre du 9 septembre 2002 au Premier Ministre

Lettre du 31 décembre 2002 au Garde des Sceaux